Mayana fm

Tous vos hits préférés !

Chanson actuelle

Titre

Artiste

Programme actuel

May Week-end

20:00 23:00

Programme actuel

May Week-end

20:00 23:00

Background

Le message passe, les contrevenants non

Écrit par le 23 mars 2020

Troisième jour de restriction de la circulation à Mayotte. Troisième jour, également, de contrôles routiers pour vérifier que les déplacements sont bien légitimes. Un dispositif dont on aurait pu croire qu’il serait difficile à faire respecter, mais qui semble globalement bien respecté par la population.

“Monsieur, pour acheter du riz vous n’avez pas besoin d’aller là-bas. Regardez, juste en face il y a des magasins ouverts” : la leçon sera retenue par le jeune homme, prétextant devoir se rendre à Kawéni, et par ailleurs sans attestation dérogatoire. Un manquement à l’obligation du moment qui lui vaudra une amende de 135 euros. Depuis mardi après-midi et l’annonce d’une restriction des déplacements, les habitants doivent composer avec cette nouvelle réglementation : disposer d’une attestation dérogatoire et être en mesure de justifier la nécessité de son déplacement, qu’il soit à pied ou en voiture. En charge du contrôle : les forces de l’ordre qui ce jour-là – hier à 14h – s’assurent du bon respect de cette règle indispensable pour éviter la propagation du Covid-19 sur le territoire. Aucun des quelques automobilistes ou passants n’y échappera. Il faut dire que depuis mercredi matin, le chef-lieu, d’habitude grouillant et embouteillé, s’est considérablement vidé. Preuve que la mesure a bien été enregistrée par la population ? Du côté de la Police nationale, on le constate en tout cas.

“Après une première journée et demie de sensibilisation (mardi après-midi et mercredi), nous allons crescendo”, rappelle ainsi un agent. Une période de prévention qui a permis de faire circuler l’information, mais qui doit être soutenue par d’autres biais. “Nous travaillons également avec les associations et le Grand Cadi pour communiquer sur le dispositif”, détaille ainsi le commandant Stéphane Cosseron, qui précise que, malgré les contraventions qui commencent à être dressées – “de manière très modérée”, assure-t-il sans toutefois préciser le nombre –, “nous privilégions encore la communication. La mise en place de ce genre de restriction n’est pas simple, car ce n’est pas évident pour les gens d’être privés de déplacements, mais dans l’ensemble ils le prennent de manière positive. Nous n’avons pas vraiment encore eu affaire à des grands récalcitrants. Les gens se montrent plutôt compréhensifs. Le danger, ils le connaissent puisqu’on parle de Coronavirus depuis qu’il est apparu en France.”

Tant mieux, car “nous ne sommes pas là pour faire du chiffre. Éventuellement, certains vont faire demi-tour en nous voyant s’ils se savent en fraude, mais c’est justement le but : limiter les déplacements”. Exemple au rond-point du Jumbo, à l’entrée de Koungou, où est aussi régulièrement installé un point de contrôle. Un des automobilistes, vraisemblablement mécontent de ne pas pouvoir aller plus loin et pourtant bénéficiaire de l’indulgence des autorités pour cette fois, se verra intimer l’ordre de faire chemin inverse. “Faites le tour du rond-point, et repartez. Et faites-le vraiment Monsieur, sinon cela ne va pas bien se passer”, s’agace le policier. Consigne respectée. Un d’mi tour et puis s’en va.

Signé: M-H


Avis du lecteur

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués *


Résoudre : *
11 − 11 =